logo
  • Vasque / Lavabo
Conseils

Accessibilité, aménagement d'une salle de bains PMR

L'ACCESSIBILITÉ

Il suffit de peu de choses – du bon sens et des accessoires bien choisis – pour sécuriser une salle de bains, et permettre à chacun, quels que soient son âge et son degré de mobilité, de s’y sentir à l’aise.

 

Vous envisagez de rénover tout ou partie de votre salle de bains ? Pensez sécurité ! Longtemps négligé, cet aspect sécuritaire est primordial et permet à tous – personne âgée, blessée ou malade, ou encore femme enceinte – d’utiliser la salle de bains de manière autonome. Au-delà du handicap, qui implique des aménagements techniques spécifiques, répondant aux normes d’accessibilité aux PMR, il s’agit de faciliter l’usage de l’espace bain à toute personne et à tout âge !

 

 

Les obligations pour une salle de bains PMR

 

Si vous avez pour objectif de rénover votre salle de bains, ou de construire un nouveau logement, vous devez respecter certaines obligations. La salle de bains nécessite une attention particulière de votre part si :

 

  • Une personne de votre foyer est une personne handicapée, ou à mobilité réduite ;
  • Vous êtes propriétaire d’un logement que vous louez à une PMR ;
  • Vous avez pour projet de construire un nouveau logement (maison ou appartement).

 

Dans ces cas précis, en France, la loi handicap du 11 février 2005, puis les arrêtés de 2006 et 2017, imposent de prendre en compte l’accessibilité des PMR, à travers des normes applicables, notamment dans la salle de bains.

 

Une salle de bains aménagée spécialement pour les personnes à mobilité réduite
Une salle de bains aménagée spécialement pour les personnes à mobilité réduite

 

Cela n’est évidemment obligatoire que dans les logements destinés à accueillir un public handicapé, mais ces normes peuvent aussi être appliquées volontairement, pour anticiper une perte d’autonomie, par exemple.

 
 

Comment réussir l'aménagement d'une salle de bains PMR

 

L’aménagement d’une salle de bains PMR n’est pas compliqué, mais cela nécessite tout de même d’avoir une feuille de route assez précise en tête. Du meuble avec plan vasque au WC au sol Odéon, plusieurs éléments doivent ainsi être pris en compte et aucun détail ne doit être laissé au hasard. Mais reprenons depuis le début.

 

Pouvoir se déplacer

 

Avant toute chose, la salle de bains doit être accessible. Les équipements et l’aménagement de la salle de bain doivent ainsi permettre les mouvements d’un fauteuil roulant. Une personne en fauteuil doit avoir la possibilité de faire un demi-tour sans encombre. Pour cela, un espace libre d’un diamètre supérieur ou égal à 1.50 m est nécessaire. Il en est de même pour l’aménagement des toilettes, si elles sont séparées de la salle de bain.

 

La baignoire

 

S’il n’y a pas plus accessible qu’une douche de plain-pied, la baignoire est quand même très intéressante, car elle-seule permet une vraie détente musculaire, ou encore de donner le bain aux tout-petits. Pour la sécuriser, il est important d’en faciliter d’abord l’accès.

 

L’installation d’un marchepied permet alors d’éviter d’enjamber le bord de la baignoire pour y entrer ou en sortir. De même, une planche de bain bien calée facilite l’accès, et permet également de se laver assis, si l’on ne peut se tenir debout ou allongé. Une ou deux barres d’appui bien positionnées, notamment pour se relever, complètent la panoplie.

 

Si la baignoire sert également à la douche, il est important de choisir un modèle adapté. Elle doit disposer d’une zone plus vaste, à fond plat et antidérapant, être équipée d’une bonde affleurante même en position ouverte, et d’un pare-bain pivotant pour un accès facilité.

 

Enfin, si la baignoire reste un équipement indispensable à vos yeux, vous pouvez opter pour une baignoire à porte, à la fois sécurisante et pratique.

 

La douche

 

La douche à l’italienne est indéniablement l’installation la plus pratique pour les personnes à mobilité réduite. Sans marche, et directement accessible, elle permet de se laver en toute sécurité, sans risquer de glisser ou chuter, contrairement à la cabine de douche surélevée. Dans l’idéal, le receveur, s’il ne peut être de plain-pied, ne doit pas dépasser un ressaut de 2 à 4 cm. Jacob Delafon propose des modèles de receveurs adaptés aux PMR.

 

Lorsqu’elle est de plain-pied et qu’elle mesure au moins 120 x 90 cm, la douche est accessible à tous. Toutefois, il faut veiller à ce qu’elle soit antidérapante, en choisissant un revêtement spécifique sur les receveurs en céramique ou en acrylique renforcé (type Flight), ou encore un carrelage adapté.

 

high_def_panolux_ambiance_04-tif

 

Il est également important d’intégrer à sa douche une barre d’appui et d’une assise, maçonnée ou non, mais située à 50, voire 60 cm de hauteur. On peut aussi prévoir une douchette dont la hauteur est facile à régler sur la barre de douche, ainsi qu’une robinetterie aux poignées faciles à manipuler, même avec les mains savonneuses. Enfin, une porte de qualité, simple à ouvrir et fermer, et dont le mode d’ouverture est adapté à la configuration de la salle de bains, s’impose également, même si la solution de la douche ouverte reste la plus pertinente.

 

Il peut être également intéressant d’équiper la douche d’un siège de douche. Dans ce cas-là, celui-ci doit être placé sur la petite longueur de la douche, à une hauteur comprise entre 45 et 50 cm.

 

Le lavabo

 

Tout comme il est facile d’installer un marchepied pour permettre aux enfants d’accéder au lavabo de manière autonome, pour se laver les dents, il est aussi simple d’aménager la salle de bains afin de faciliter l’accès à la vasque pour les personnes âgées ou en situation de handicap. Elles apprécieront de pouvoir s’asseoir devant le point d’eau, on peut donc prévoir une assise sur roulette (qui souvent fait également office de rangement), et dégager le dessous du plan-vasque, en installant les rangements – colonnes et autres armoires – de part et d’autre.

 

Évidemment, quand il s’agit de l’aménagement d’une salle de bains PMR, la question de la hauteur du lavabo est importante. Encore une fois, pour cela, il nécessite de respecter certaines normes, la première indiquant que la vasque doit être posée à 80 cm de hauteur par rapport au sol. Il faut également prévoir un espace de minimum 70 cm sous la vasque, de 30 cm de profondeur et de 60 cm de largeur afin que l’utilisateur de la salle de bains puisse passer ses genoux et profiter d’une utilisation aussi confortable que possible en position assise.

 

Petit détail et pas des moindres : au moment de l’aménagement de la salle de bains PMR, le siphon du lavabo doit faire l’objet d’une installation déportée ou décalée afin de libérer de l’espace.

 

Le lavabo PMR existe sous plusieurs formes : il peut être rond, rectangulaire, et peut même être extra-plat. En règle générale, on préconise tout de même une hauteur maximale de 15 cm. Le rebord doit être suffisamment mince, encore une fois dans l’idée d’y faciliter l’accès en fauteuil roulant.

 

Lorsque l’on pense à l’aménagement d’une salle de bains PMR, il faut garder en tête que le moindre détail à son importance. Pour faciliter l’utilisation du lavabo, le choix de la robinetterie est également important. L’installation d’un mitigeur thermostatique, qui garantit une eau ne dépassant pas les 38° C, peut être envisagée afin d’éviter les risques de brûlures.

 

Des toilettes PMR

 

Vous êtes en plein aménagement d’une salle de bains PMR, et cette pièce doit aussi inclure des toilettes ? Plusieurs possibilités s’offrent à vous. Pour commencer, on peut envisager l’installation d’un WC suspendu, qui est parfaitement adapté aux personnes à mobilité réduite. La cuvette suspendue doit être installée dans un bâti-support. Si l’utilisation est destinée à une personne qui utilisant un fauteuil roulant, il est préférable de laisser un espace libre de 80 x 130 cm d’un côté des toilettes.

 

L’installation de WC rallongés peut aussi être envisagée, car ces toilettes sont également adaptées aux personnes à mobilité réduite, et notamment à celles qui utilisent un fauteuil roulant. Elles ont été conçues pour faciliter le transfert.

 

Bien évidemment, peu importe la solution choisie, il est essentiel d’installer une barre de relèvement à une hauteur d’environ 70 cm à 80 cm du sol.

 

 

Les conditions à respecter 

 

Dans le strict respect des normes d’accessibilité dans les salles de bains pour PMR, les installations doivent suivre ces conditions :

 

  • Lavabo, robinetterie, porte serviette, miroir, barres de maintien, et autres accessoires doivent se situer à une hauteur comprise entre 90 cm et 130 cm ;

 

  • Une vasque suspendue permet de libérer l’accès à un fauteuil roulant. L’épaisseur du lavabo doit être de 13 cm. Pour un meuble sous vasque, l'espace libre doit être de 60 cm de large et 30 cm de profondeur. 

 

  • Les dispositifs de commande dans la salle de bain PMR, tels que les thermostats d’ambiance, les interrupteurs, les poignées de portes et des fenêtres doivent être situés à une hauteur comprise entre 0.90 à 1.30 m.

 

  • Il est toujours agréable, au sortir du bain ou de la douche, de pouvoir s’asseoir. Un banc ou un tabouret bien stable le permet. Il sera d’autant plus agréable à utiliser s’il est installé à proximité du radiateur sèche-serviettes.

 

Le sol glissant, les pieds mouillés et l’équilibre précaire sont autant d’arguments pour sécuriser la personne âgée ou handicapée avec un tabouret ou un banc.

 

Que ce soit pour votre confort, ou pour votre sécurité, l’accessibilité de la salle de bain est un point de vigilance important. Jacob Delafon vous accompagne dans votre projet, en proposant des produits et équipements adaptés aux PMR.

 
 

Les derniers articles

Salle de bains PARALLEL

Conseils

Douche à l'italienne : mode d'emploi

Les engagements Jacob Delafon

Produits garantisProduits garantis de 2 à 25 ans
2 usines françaisesDeux usines françaises

CONTACT

Suivez-nous

Facebook
Instagram
Pinterest
Youtube

Site

A PROPOS

Mentions légalesProtection des donnéesAccès données personnellesPolitique des cookies

A PROPOS

SERVICES

SERVICES

ENTERPRISE

ENTERPRISE