Il y a 8 mois

« Les françaises sont inexplicables ! »

écrivait Honoré de Balzac dans La Fausse Maîtresse en 1842. L’écrivain français le savait déjà : les Parisiennes sont uniques. De Juliette Gréco à Simone de Beauvoir, de Coco Chanel à Brigitte Bardot, elles n’ont cessé de faire rêver le monde par leur élégance et leur irrévérence. Et si l’origine de ce mystère, de ce « je ne sais quoi », venait de leur salle de bains ?


« Paris est une fête ! »

écrit Ernest Hemingway lorsqu’il s’installe en 1920 dans la capitale française, eldorado des artistes du monde entier. Le jeune auteur désargenté vit alors d’amour et de vin frais, mais qu’importe ! Il demeure dans le plus beau musée du monde : Paris. Chaque jour, ses habitants côtoient des peintures, des statues, des œuvres architecturales exceptionnelles façonnées par l’homme.



Pas étonnant qu’élevées dans ces rues uniques, les Parisiennes aient un sens inné de l’élégance.

Pour s’en rendre compte, il suffit de flâner sur les quais, le long des bouquinistes de la rive droite, puis d’enjamber la Seine en empruntant le Pont des Arts vers l’Académie Française.

Remontez ensuite la rue Bonaparte jusqu’à l’église de Saint-Germain-des-Prés et commandez un café à la terrasse du Flore. Si vous traversez la place Saint-Sulpice, vous apercevrez peut-être Catherine Deneuve à travers sa verrière.

Et c’est dans cette magie que Jacob Delafon puise son inspiration.

Il y a 8 mois